Maroc : l’agression sexuelle d’une jeune femme dans un bus à Casablanca fait scandale

Maroc_l'agression sexuelle d'une jeune femme dans un bus à Casablanca fait scandale_wp

Dans la nuit du 20 au 21 août dernier, une vidéo a été mise en ligne montrant l’agression sexuelle d’il y a plusieurs mois d’une jeune femme à l’arrière d’un bus en pleine journée à Casablanca au Maroc. Ni le conducteur, ni les passagers n’ont réagi.

6 adolescents, dont 2 supposés en train de filmer, ont ainsi violenté une jeune femme de 24 ans. Les 4 jeunes hommes visibles sur la vidéo lui ont arraché les vêtements et lui ont violemment touché les seins. Malgré qu’elle soit à moitié nue, en larmes et supplie ses agresseurs de la laisser tranquille, personne dans le bus n’est venu à son secours, même pas le chauffeur qui a continué de rouler comme si de rien n’était.

La vidéo a suscité des réactions très divisées au Maroc. Bien que nombreux internautes aient qualifié cet acte d’odieux et pris le parti de la jeune femme, d’autres lui ont rejeté la faute en lui reprochant de ne pas porter des vêtements adéquats. Certains ont même été jusqu’à la traiter de prostituée.

En parallèle, l’association Touche pas à mon enfant a publié sur son compte Facebook des captures d’écran de la vidéo afin que les autorités puissent identifier les agresseurs et de « traduire en justice cette horde barbare qui s’est attaquée lâchement à une jeune fille ».

Grâce à cette vidéo devenue virale et le battage médiatique autour, les pouvoirs publics ont été poussés à intervenir. Le 21 août, La direction générale de la Sûreté nationale ou Sûreté nationale (DGSN) a annoncé l’arrestation de 6 individus âgés de 15 à 17 ans « pour leur implication présumée dans l’agression sexuelle d’une jeune fille dans un bus à Casablanca ».

De leur côté, des journalistes du site d’information francophone au Maroc, Le360, se sont rendus dans le quartier de Bernoussi, où ont été appréhendés les jeunes criminels, afin de recueillir les témoignages des habitants. La plupart d’entre eux excusent ces jeunes en prétextant que cet acte est lié à « leur jeune âge, le fait qu’ils s’adonnent à des drogues, et qu’ils ne soient que des gamins ».

Quant au journal Le Monde, il a notamment rapporté le témoignage de Wafae, une jeune marocaine de 22 ans, qui a alors expliqué le quotidien d’une femme dans l’espace public à Casablanca : « Les agressions sexuelles font partie de notre quotidien. Que ce soit dans le bus, dans la rue ou même dans un souk plein de monde, on subit des attouchements, des insultes. Les hommes ouvrent leur braguette, collent leur sexe au dos des femmes et vont jusqu’à éjaculer sur nous. En plein espace public ! » Puis elle a décrit le comportement des témoins : « Ils lèvent les yeux au ciel, font semblant de ne pas voir. Les chauffeurs de bus n’interviennent jamais. »

Et pour ce qui est de Mustapha Ramid, ministre d’État chargé des droits de l’Homme, il avait admis auprès de l’AFP début août : « La loi marocaine condamne le harcèlement des femmes au travail, mais pas dans les espaces publics »,  alors que la plupart des agressions se déroulent dans ces lieux. Le plus inquiétant est aussi l’augmentation de ces violences.

Enfin, ce cas est loin d’être isolé au Maroc, car près de 2 femmes sur 3 sont victimes de violences, selon des chiffres officiels. Les agressions sont de l’ordre de la banalité. Leurs auteurs sont très rarement poursuivis et arrêtés.

Publicités

Un commentaire sur « Maroc : l’agression sexuelle d’une jeune femme dans un bus à Casablanca fait scandale »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s