L’arnaque de l’ « électrophotonique »

L'arnaque de l'_électrophotonique_wp
Georges Vieilledent, PDG de la société Électrophotonique Ingénierie, prétend dépister la maladie de Lyme avec une photographie des doigts du patient – Photo de Sciences et Avenir

La machine d’ « électrophotonique » ou de « captations photoniques », consistant à l’analyse de photos insolites révélant un « halo » qui entoure le bout des doigts des patients, a été créée par la société Électrophotonique Ingénierie à Brens dans le Tarn. Son PDG, Georges Vieilledent, affirme dépister la maladie de Lyme en autres.

Or, les résultats du test sur cette machine sont très controversés. Ils ne sont pas certifiés scientifiquement. Ils sont non officiels.

Le magazine Sciences et Avenir a enquêté de manière approfondie sur cette méthode qui pourrait s’avérer frauduleuse.

Le journaliste scientifique Olivier Hertel de ce magazine a d’ailleurs expliqué dans son article : « Avec près de 70 symptômes possibles, en outre peu spécifiques, le diagnostic de la maladie de Lyme est difficile à poser. Ce, d’autant plus que l’efficacité des deux tests de dépistages officiels (Elisa et Western Blot) est très contestée. Ces tests sont en effet menés sur des échantillons de sang. Or Borrelia, la bactérie responsable de l’infection, s’y trouve très rarement. En outre, les tests sur le marché détectent plusieurs espèces de Borrelia… mais pas toutes. Ils ignorent aussi les autres pathogènes transmis par les tiques et impliqués dans la maladie, comme la bactérie Bartonnella ou encore des rickettsies et le parasite Babesia. Dans le cadre du « plan Lyme », lancé en 2016 par le ministre de la Santé, de nouveaux protocoles de diagnostics et de soins devraient être recommandés d’ici à la fin de l’année. »

En plus du fait que le PDG prétend que « la présence ou l’absence de lumière sur certaines zones de ce halo sont révélatrices de la présence de la bactérie dans le corps », c’est-à-dire que le pouce indiquerait le microbe présent dans le cerveau et l’index serait en lien direct avec le rectum, sa société facture tout de même cet examen 250 €. Le PDG atteste aussi que cette technique liée à un traitement d’électrothérapie procuré par un appareil appelé Vital Harmony (délivrant des micro-courants par deux électrodes tenues en main par le patient) dépiste presque 100 % des patients atteints de la maladie de Lyme. À noter que cet appareil est conçu lui aussi comme par hasard par la société de ce Monsieur et vendu aux malades à 700 € environ.

De surcroît, Georges Vieilledent n’est pas seul dans cette histoire. Fin 2015, ce dernier lance une étude, toujours en cours, auprès de quelques 400 malades, sous le contrôle du Pr Christian Perronne (CHU de Garches dans les Hauts-de-Seine) et du Dr Raouf Ghozzi (centre hospitalier de Lannemezan dans les Hautes-Pyrénées). Ces médecins sont réputés auprès des malades de Lyme. Ils ont été parmi les premiers à aller au-delà des résultats négatifs des tests officiels et ont administré de longues cures d’antibiotiques, procédé qui fournit de meilleurs résultats actuellement.

Cependant, leur collaboration ainsi que leur soutien à cette étude d’ « électrophotonique » sont sérieusement remis en cause.

Grâce à un visionnage des conférences publiques tenues par le PDG, les enquêteurs ont noté de sérieux dérapages. Georges Vieilledent atteste que « le Vital Harmony est au moins aussi bon les cures d’antibiotiques […] son traitement est efficace à 100 % contre la sclérose en plaques, il détruit tous les pathogènes et devrait bientôt remplacer les injections d’insuline des diabétiques et les chimiothérapies des cancéreux. »

Ces enregistrements ont été par la suite montrés aux deux médecins appuyant ce projet. Ils ont alors répondu de pas être au courant de ces propos : « Nous avions effectivement des doutes sur la machine de dépistage. Mais, concernant le Vital Harmony, nous nous sommes fiés à la parole des patients qui nous ont rapporté une amélioration de leurs symptômes. Ces retours étaient positifs pour plus de 30 % d’entre eux, soit un effet supérieur à ce que l’on accorde au placebo. C’est ce qui nous a poussé à accepter de superviser cette étude. »

À cette déclaration, Nicolas Pinsault, chercheur au laboratoire Techniques de l’ingénierie médicale et de la complexité de l’Université Grenoble-Alpes a rétorqué : « Cette règle des 30 % n’existe pas. L’effet placebo est présent chez 100 % des personnes testées puisqu’il est lié au fait de recevoir un traitement, que celui-ci soit efficace ou pas. Même lorsque l’on teste un « vrai » médicament, une partie de ses effets est due à la molécule active, mais une autre au placebo. » À laquelle, Olivier Hertel a ajouté : « D’où l’importance dans un essai clinique de toujours comparer le traitement à un placebo, ce qui n’est pas le cas dans l’étude menée par la société de Georges Vieilledent. Il serait donc impossible de déterminer si le Vital Harmony est plus efficace… qu’un granule de sucre. Et à y regarder de près, les allégations d’Électrophotonique Ingénierie ne relèvent aucunement de la science ». Avis que partage Jérôme Kaparian, physicien spécialiste de l’ « effet couronne » à l’Université de Genève en Suisse : « Ces images ne sont pas reproductibles et ne veulent rien dire, car le phénomène est trop sensible. Un changement infime de la pression du doigt sur l’électrode, de sa température, de l’humidité à sa surface… sont autant de facteurs qui modifient le halo capturé sur l’image. »

L’enquête a également mis en lumière que cette idée de lier l’effet couronne et diagnostic n’était pas récente, comme l’a souligné le journaliste scientifique : « Déjà, dans les années 1970, cette pratique était en vogue dans le milieu de la parapsychologie sous le nom de « photographies Kirlian » à partir desquelles certains prétendaient lire « l’état énergétique » des personnes dans ce qu’ils appelaient alors l’ « aura ». Si Georges Vieilledent préfère aujourd’hui le terme plus « scientifique » de « captations photoniques », l’idée demeure la même. D’ailleurs, le concepteur de sa machine, Raymond Herren, ingénieur du CNRS du laboratoire de Chimie physique de l’université Paris-Sud (Orsay, Essonne), avait déjà élaboré des années plus tôt des machines du même genre pour un certain Georges Hadjopoulos. Ce dernier, véritable « pionnier de l’électrophotonique », se disait spécialiste de l’interprétation thérapeutique des photos Kirlian. L’ingénieur du CNRS ne s’est pas contenté de mettre ses compétences au service du dit Hadjopoulos. Il en a cautionné les dérives en cosignant avec lui et le dentiste suisse Nicolas Stelling l’ouvrage intitulé « Établir  un bilan bioénergétique » dans lequel, déjà, des photographies Kirlian de doigts et d’orteils permettaient de « dépister » leucémie, cancer du sein, autisme ou schizophrénie… »

Concernant le Vital Harmony, cet appareil aussi créé par l’ingénieur du CNRS rappelle étrangement celui conçu dans les années 20 par l’Américain Royal Raymond Rife, lequel soignait soi-disant quasiment tous les maux par la variation de fréquence de champs électriques. Mais aucune preuve n’a fait l’objet de la moindre publication dans une revue scientifique.

Quoi qu’il soit, ce qui ressort en tous cas de cette étude « fantasmagorique » est l’argent récupéré par la société. Car, bien que les 400 patients qui participent encore à l’étude ont eu leur examen de 250 € offert, la plupart ont acheté la machine à 700 € à peu près. Ce qui représente un gain éventuel d’environ 200 000 €.

À lire également dans le même article les notes : « ANTISEPTIQUE F84. Un essai clinique sur l’homme réalisé en toute illégalité » et « ANALYSES DE SANG. Le test non validé du professeur Montagnier »

Publicités

2 commentaires sur « L’arnaque de l’ « électrophotonique » »

  1. Dommage que cet article soit tellement orienté « à charge ». On sent bien que l’auteur ne croit pas dans cette méthode. Le problème, c’est qu’on est ici sur une croyance.
    Oui, on ne peut pas prouver scientifiquement l’efficacité. Mais c’est le cas de la plupart des médicaments vendus par l’industrie pharmaceutique. Pourtant, on ne leur fait pas de procès d’intention, malgré les milliards qu’ils engrangent, sans forcément avoir de résultats tangibles en guérison de patients.
    Un autre argument que je trouve plus que douteux est le : « Ils ne sont pas certifiés scientifiquement. Ils sont non officiels ». Mais il y’a très peu de certifications scientifiques… d’ailleurs, on se rend compte que beaucoup de certifications scientifiques ne valent rien, des années plus tard. On pourrait parler des vaccins et de bien d’autres sujets. Le fait qu’un élément soit officialisé (pour tout un tas de raisons possibles, pas nécessairement en rapport avec la santé), ne veut pas dire qu’il soit efficace. De même, une méthode non officialisée ne démontre pas non plus une quelconque « non-efficacité ». On reste dans un système de croyance. C’est tout le problème de notre fonctionnement pseudo-scientifique d’aujourd’hui (qui est un peu comme une religion avec son inquisition). Tout ce qui n’est pas validé par ceux qui ont l’autorité, n’est pas valable. Même quand l’efficacité est démontrée et qu’elle remet en cause des choses établit, on les ignore ou on essai de les décrédibiliser.
    Ce qui nous ferait vraiment avancer, c’est un esprit ouvert et constructif. En cherchant des éléments probants, mesurables, plutot que des procès d’intention du style : « ils gagnent de l’argent, donc c’est sans doute une fraude »
    haha… les entreprises pharmaceutiques gagnent des Milliards… mais eux, c’est pas une fraude…
    Je caricature, mais c’est pour montrer le coté fallacieux de ce genre de raisonnement.

    J'aime

  2. Effectivement, je ne crois pas en cette méthode, comme je ne crois pas en Dieu, ni au miracle, ni à ce type de procédé qui consiste à se servir du malheur d’autrui ou de son désespoir face à la maladie pour s’enrichir. Car au-delà du domaine de la croyance, il s’agit bien de cela, s’enrichir, abuser de la crédulité de ces personnes qui sont prêtes à tenter n’importe quoi et dépenser des sommes d’argent considérables pour soulager leurs maux. Ce PDG, faisant ceci dit de même partie de cette « industrie médicale » que vous dénoncez, l’a bien compris. S’il voulait vraiment aider les personnes malades, il ne leurs ferait pas payer de telles sommes d’argent indécentes. Concernant les certifications scientifiques, il y en a fort heureusement et qui demeurent avérées. Il faut un côté officiel afin de maîtriser le maximum de dérives. On ne peut pas vivre dans un monde anarchique où des scientifiques mal intentionnés continueraient de jouer les savants fous. Même s’il y en a eu malheureusement dans l’Histoire et qu’il en existe encore, il faut un minimum d’encadrement. Or, malgré les dérives au niveau de la science, c’est quand même par son évolution que l’être humain se porte mieux. Il y a à peine un siècle de cela, les individus mourraient d’une simple grippe. Dans toute évolution ou toute découverte dans n’importe quel domaine, il y a toujours les deux côtés de la médaille. On ne vit pas dans un monde parfait où tout est beau et tout est rose. Quant à certains laboratoires pharmaceutiques qui collaborent avec des médecins à titre financier où chacun d’ailleurs y trouve sa part du gâteau, exemple avec les fameux médicaments génériques, on commence à leur faire des procès d’intention et sur le fait que ces industries pharmaceutiques gagnent des milliards, je n’ai jamais avancé l’argument qu’il ne s’agissait pas non plus d’une forme de fraude. D’autre part, au sujet des vaccins, je n’affirme pas qu’ils sont tous utiles, mais grâce à certains d’entre eux, on évite des morts ou/et des handicaps sévères à vie, cf. la rubéole, la varicelle, les oreillons ou encore la poliomyélite. Cela étant, bien que l’on puisse remettre en question un certain système actuel mis en place autour du monde médical et les domaines attenants, je n’en reste pas moins à considérer la science plutôt que la croyance. On ne soigne pas, ni ne guérit un individu malade avec l’œuvre du saint-esprit. C’est mon opinion. Par ailleurs, vous exprimez : « Même quand l’efficacité est démontrée et qu’elle remet en cause des choses établies, on les ignore ou on essaie de les décrédibiliser », c’est faux. C’est tout le contraire, car c’est de cette façon que la science évolue. Qui plus est, cette machine d’électrophotonique, dont son efficacité n’a été justement pas démontrée, par conséquent, elle ne peut ni remettre en cause les choses établies, ni les décrédibiliser. En outre, votre comparaison de la science avec une religion et son inquisition, c’est plus que caricatural, c’est un non-sens. Et avoir un esprit ouvert, constructif, ce n’est pas croire à n’importe quelle potion magique qui aurait la solution à tout. Enfin, vous considérez ce genre de raisonnement comme étant fallacieux. C’est votre droit. Ceci dit, si vous avez eu l’occasion de lire d’autres articles de mon blog, vous avez pu ainsi constater que je ne fais donc ni l’apologie de l’industrie pharmaceutique, ni des médicaments, ni de nouvelles méthodes farfelues qui ne servent finalement pas le bien de l’humanité.
    Merci toutefois pour votre commentaire et votre prise d’opinion. Je vous souhaite une agréable journée.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s