À mon père

À mon père_gerberas-fleurs_wp

Aujourd’hui est un jour particulier. C’est la fête des pères en France. Et cette année, cette journée me semblera plus difficile. Elle sera un peu triste, mais d’année en année, ça ira forcément mieux. Le temps est le seul baume pouvant atténuer cette souffrance.

Ce jour est aussi là pour dépasser cette douleur, me remémorer les bons moments, toutes ces belles années que lui et moi avons parcourues ensemble. C’est également l’instant de réaliser malgré tout la chance d’avoir eu un papa et un bon papa. Combien d’enfants ou d’adultes n’ayant jamais connu leur père, souhaiteraient avoir l’occasion en ce jour de le pleurer comme de le célébrer. Combien d’entre eux ont eu ou ont un père qui en porte le titre sans l’honneur qui va avec…

Alors parce que ce dimanche de la fête des pères 2017 est la première fête des pères sans le mien, tout en demeurant à jamais dans mon cœur et mon esprit, je lui dédie ce petit poème :

Papa dort sous les étoiles
Bien désormais loin des zoïles.
Je lui dessine une toile,
Un bateau avec des voiles
Et un moteur sans gasoil.
La peinture aussi dévoile,
À coups de pinceau sans poil.

Le bateau sur l’océan,
Tout seul et tranquillement,
Il vogue dans l’air du vent.
En haut dans le firmament,
L’ébauche d’un soleil blanc
Se colorant doucement
Dans un ciel se bleuissant.

Au fond, l’esquisse d’une île
Aux tendres reliefs fébriles,
À l’horizon se profile
Et peut-être à quelques milles.
Puis en fronçant les sourcils,
Les yeux se rendent habiles
Pour suivre encore le fil.

À la gauche, se révèle
Une maison en dentelle,
Des oiseaux aux grandes ailes,
Un genre de sentinelle
Et une ombre non cruelle
Dans une verdure belle
Ou la forêt éternelle.

Puis à la droite figure,
Tout le long d’un petit mur,
La luxuriante nature.
Les lignes semblent si pures
Qu’elles apparaissent sures.
Et une sorte de hure
Prend alors la forme dure,
Un chêne tout en allure.

S’éloignant après des tons,
Se remarque ensuite un mont,
Au milieu à l’abandon.
Ce navire alors sans nom
S’en approche sans un son.
Tout paraît paisible et bon.
Ce tableau est comme un don.

Papa, capitaine heureux,
Se repose donc un peu
Désormais sur l’île bleue,
Sous ces étoiles de feu.
Et ne reste ainsi qu’un vœu
Pour lui, mais aussi pour ceux,
Qui ont su jouer le jeu…

Bonne fête à tous les papas ! Et bon dimanche !

Publicités

2 commentaires sur « À mon père »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s