Tanzanie : des femmes hétérosexuelles se marient entre elles pour protéger leurs droits

Tanzanie_des femmes hétérosexuelles se marient entre elles pour protéger leurs droits_wp

En Tanzanie, une tradition appelée nyumba ntobhu, dont l’origine exacte reste inconnue, se perpétue depuis des siècles dans le peuple Kuria. Elle permet aux femmes totalement hétérosexuelles de se marier ou se remarier entre elles pour garder leurs droits.

Cette coutume leur concède non seulement la conservation de leurs droits, notamment celui de leur propriété, qui revient traditionnellement à la belle-famille lorsque le couple n’a pas eu de garçon, seul héritier légitime, mais aussi d’obtenir plus d’indépendance et de protection contre certaines violences.

Cette tribu éclatée au cœur du pays et au Kenya compterait près de 700 000 personnes.

Selon une estimation, entre 10 et 15 % des femmes de cette tribu auraient recours à cette coutume et ce pourcentage serait en augmentation. Deux raisons principales seraient à la base de cette hausse. Un meilleur équilibre au sein du couple et surtout une préservation à l’encontre des violences conjugales, dont 45 %, voire 72 % dans certaines régions, de la population féminine en Tanzanie seraient victimes.

Tel est le cas de Mugosi Maningo, 49 ans, stérile, et Anastasia Juma, 27 ans, ayant eu trois fils de sa précédente union, mariées, vivant ensemble, épanouies et heureuses dans leur petit village de Nyamongo, en Tanzanie.

Une autre d’entre elles, Pauline Mukosa, en couple avec une femme, a expliqué que son père avait essayé à plusieurs reprises de la marier à des hommes inconnus et suite à ses refus ou ses attitudes rebelles ayant provoqué le rejet de ces hommes, il l’avait battue pour désobéissance. Sa future femme s’était alors proposée de payer la dot coutumière de 7 vaches pour l’épouser. Aujourd’hui, elles ont deux fils et un amant pour agrandir la famille.

Ces mariages étant conçus comme des unions libres, il donne la possibilité à ces femmes de choisir librement des amants afin de tomber enceinte. Lorsque l’enfant né, le géniteur n’a aucun droit sur ce celui-ci qui est systématiquement affilié au couple officiel, à moins que le père décide de le reconnaître, ce qui ne se produit pratiquement jamais. Les deux mères partagent alors les responsabilités parentales.

Or, l’acceptation de cette pratique est d’autant plus surprenante dans ce pays puisqu’en contradiction l’homosexualité y est interdite, passible de prison à vie et exclue parmi les tribus.

Pourtant ces mariages, sans valeur légale ceci dit, simplement administratifs et reconnus par la « pratique », sont très respectés et protégés par les conseils des anciens. D’ailleurs, un homme qui brutaliserait l’une de ces épouses ou tenterait de lui voler la propriété de son couple s’exposerait à de sévères sanctions.

Publicités

4 commentaires sur « Tanzanie : des femmes hétérosexuelles se marient entre elles pour protéger leurs droits »

    1. C’est effectivement une très belle entraide féminine, surtout dans ces pays où la femme n’a pas grande considération et peu de droits…

      Aimé par 1 personne

    1. Désolée d’avoir tardé à te répondre 🙂
      Exactement et heureusement. C’est ce qui fait la richesse culturelle. Surtout pour ces femmes, d’avoir un réel moyen de se protéger contre les violences.
      Bonne journée.
      Bisous 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s