Le Portugal pénalise le harcèlement de rue !

Le Portugal pénalise le harcèlement de rue1_wp

Un vrai bon point pour le Portugal, dont son gouvernement a légiféré le 27 décembre 2015 contre le harcèlement de rue en condamnant les propos insultants et à caractère sexuel adressés aux femmes dans la rue.

Depuis un certain moment, le Portugal est atteint, comme beaucoup de pays, du triste phénomène du harcèlement de rue. Les autorités portugaises ayant énormément de mal à enrayer ce problème subi par les femmes de tout âge, tant le jour que la nuit, les mettant alors dans un sentiment d’insécurité constante, le gouvernement du pays agit d’une manière radiale. Le parlement a donc voté un amendement à l’article 170 du Code Pénal en y intégrant le harcèlement de rue, dorénavant passible de 1 an à 3 ans de prison.

Cet amendement, transposition locale de la Convention européenne d’Istanbul contre les violences faites aux femmes, ratifié par le Portugal caractérise le « harcèlement sexuel » ainsi : « Tout comportement non désiré à connotation sexuel, sous forme verbale, non verbale ou physique, avec pour but ou pour effet de violer la dignité d’une personne, en particulier lorsqu’il crée un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant. »

Le Portugal pénalise le harcèlement de rue2_wp

Bien que cette mesure soit passée inaperçue au niveau international, elle avait suscité un vif débat national. Dans une société où le machisme est très présent culturellement, ce texte avait été rejeté à maintes reprises, sous le prétexte donné que la victime pouvait répondre, et qualifié même « d’excessif, d’une atteinte à la liberté d’expression, d’entrave à la séduction et d’hystérie féminine… » Beaucoup s’étaient même interrogés à savoir s’il relevait du gouvernement d’intervenir et de criminaliser un phénomène aussi banal.

Or, ce qui a permis à cette loi d’être amendée fut l’argument des adolescentes pouvant se trouver dépourvues face à ces propos, comme l’a déclaré Carla Rodrigues, membre du Parti Social Démocrate et coordinatrice du groupe de travail parlementaire sur le projet, dans le journal Diaro de Noticias : « Un homme qui se permet d’embêter une jeune fille de 15 ans, de l’effrayer, ne commettait aucun crime. »

Enfin, maintenant, grâce à cet amendement, les adolescentes ainsi que toutes les femmes sont protégées contre le harcèlement de rue, dès lors bien sûr qu’elles le dénoncent, ce qui n’est pas une mince affaire dans une société où l’homme reste le maître.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s