À la radio anglaise…

À la radio anglaise_wp

Prenant comme tous les matins mon petit déjeuner en écoutant à la radio les infos locales anglaises, les immanquables publicités à l’image de chez nous font leur apparition.

Mais là, heureusement que je suis bien assise lorsque j’entends cette publicité !

Celle-ci démarre ainsi : « Quelles sont donc vos bonnes résolutions pour la nouvelle année 2016 ? » interroge la voix féminine. Puis elle poursuit : « Vous mettre à la gym ? Arrêter de fumer ? Non, pas terrible ! Divorcer, ça c’est mieux ! Et pour vous faciliter la tache, venez donc à notre cabinet d’avocats (…), nous vous aiderons à planifier vos démarches ! » Une voix masculine termine alors en répétant le nom du cabinet et en indiquant l’adresse complète de celui-ci.

Hallucinant ! J’ai déjà entendu ici de nombreuses publicités concernant les cabinets d’avocats, mais jamais comme celle-ci ! En général, les publicités dans ce domaine se présentent plutôt telles des solutions que les avocats peuvent apporter pour une réconciliation ou pour lutter contre la violence conjugale ou même contre la violence touchant les enfants, mais aucune ne prône le divorce et encore moins comme faisant partie des bonnes résolutions à prendre pour la nouvelle année !

Je ne sais pas trop si ce cabinet-ci a voulu faire de l’humour anglais ? Ou s’il a demandé conseil auprès d’un service marketing afin de s’attirer une nouvelle clientèle, mais je pense qu’il devrait commencer par renvoyer le conseiller marketing et à envisager peut-être une stratégie commerciale afin de présenter, certes une réalité indéniable, mais disons, de manière plus délicate. Car, comme il se dit, quand le cœur n’y est plus, plus rien n’y est !

Ah ! Ces anglais ! Ils ne finiront jamais de me surprendre !

Elsa Cayat

Elsa Cayat_wp
1960 – 2015

Hommage à cette femme qui a été inhumée, il y a un an jour pour jour, dans le carré juif du cimetière de Montparnasse à Paris, suite à son assassinat lors des attentats de Charlie Hebdo du 7 janvier 2015.

Fille de Georges Khayat, Tunisien originaire de Sfax, médecin et écrivain, elle était psychiatre et psychanalyste, mais également écrivain et collaboratrice périodique depuis quelques années de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo dans lequel elle signait toutes les deux semaines la chronique « Charlie Divan »

Menacée à diverses reprises, Elsa Cayat fut la seule femme tuée dans l’attaque contre la rédaction de Charlie Hebdo.

Elle reçut le 31 décembre 2015, à titre posthume les insignes de Chevalier de la Légion d’honneur.