Le poivron

Le poivron_wp

Piment doux à gros fruits verts, jaunes ou rouges. Le fruit de cette plante est utilisé en cuisine comme légume.

De nombreuses variétés existent et divergent par leur forme, leur taille, leur saveur et leur couleur.

Le poivron vert est cueilli avant sa pleine maturité. Mais, laissé sur le plant, il devient jaune, puis orange et enfin rouge à la fin de son entier mûrissement.

Le poivron_variétés_wp

Particularités

D’autres variétés aux couleurs particulières ont vu le jour sur les marchés, en plus des poivrons vert, jaune, orange et rouge, ainsi les poivrons violet, brun, blanc et noir. Leur contenu en nutriments diffère selon leur couleur, mais également d’un cultivar à l’autre pour une même couleur.

Source de vitamines

Vitamine A
Le poivron rouge bouilli et égoutté en est une excellente source pour la femme et une bonne source pour l’homme. Le poivron rouge cru en est une bonne source pour la femme et une source pour l’homme. Elle est l’une des vitamines les plus polyvalentes, participant à plusieurs fonctions de l’organisme. Elle favorise la croissance osseuse, dentaire et visuelle (particulièrement dans l’obscurité), maintient la peau en santé, protège contre les infections et joue un rôle d’antioxydant. Le contenu en cette vitamine des poivrons blanc, violet et noir est plutôt faible, alors que celui du poivron brun est le plus important, étant même supérieur à celui des poivrons rouge et orange.

Le poivron_marron_wp

Vitamine B2
Le poivron rouge cru en est une bonne source. Comme la vitamine B1, elle joue un rôle dans le métabolisme de l’énergie de toutes les cellules. Elle contribue en plus à la croissance et la réparation des tissus, à la production des hormones et à la formation des globules rouges. Cette vitamine est connue aussi sous l’appellation de la riboflavine.

Vitamine B3
Les poivrons jaune et rouge crus en sont une source pour la femme. Elle participe à plusieurs réactions métaboliques et aide spécifiquement à la production d’énergie à partir des glucides, des lipides, des protéines et de l’alcool ingérés. Elle contribue de même au processus de formation de l’ADN, permettant une croissance courante et un développement normal. Cette vitamine hydrosoluble correspond à deux molécules, dont la niacine ou acide nicotinique et son amide*, la nicotinamide ou niacinamide. Elle est également appelée vitamine PP (Pellagra Preventive), une carence en celle-ci est responsable de la pellagre (maladie due à la malnutrition se manifestant par la dermatite (affection de la peau), la diarrhée et, dans les cas extrêmes, la démence. Devenue rare dans les pays développés, elle affecte encore certaines régions du Tiers-Monde)

Le poivron_rouge-jaune_wp

Vitamine B5
Le poivron rouge cru en est une source. Elle fait partie d’un coenzyme** clé permettant à l’organisme d’utiliser de manière adéquate l’énergie présente dans les aliments consommés. Elle collabore à plusieurs étapes de la synthèse (fabrication) des hormones stéroïdiennes***, des neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux) et de l’hémoglobine. Cette vitamine se nomme aussi acide pantothénique, vitamine présente dans la plupart des aliments appartenant à l’acétylcoenzyme A (substance associant l’acide acétique et une coenzyme, jouant un rôle capital dans le métabolisme des cellules)

Vitamine B6
Le poivron rouge cru en est une bonne source, alors que le poivron rouge bouilli et égoutté tout comme les poivrons vert et jaune n’en sont qu’une source. Elle fait partie des coenzymes concourant au métabolisme des protéines et des acides gras ainsi qu’à la synthèse des neurotransmetteurs et à la fabrication des globules rouges leur permettant de transporter davantage d’oxygène. Elle est également nécessaire à la transformation du glycogène (glucide complexe, constituant la principale réserve de glucose dans le foie et les muscles) en glucose et coopère au bon fonctionnement du système immunitaire. Elle joue enfin un rôle dans la formation de certaines composantes des cellules nerveuses et dans la modulation de récepteurs hormonaux. Cette vitamine porte aussi le nom de la pyridoxine.

Le poivron_rouge-jaune-vert_wp

Vitamine B9
Le poivron jaune cru en est une source. Elle participe à la fabrication de toutes les cellules du corps, dont les globules rouges. Elle joue un rôle essentiel dans la production du matériel génétique (ADN, ARN), dans le fonctionnement du système nerveux et du système immunitaire, ainsi que dans la cicatrisation des blessures et des plaies. Étant donc nécessaire à la production des nouvelles cellules, une consommation adéquate est primordiale durant les périodes de croissance  et pour le développement du fœtus. Elle prend également l’appellation de folate ou acide folique (vitamine du groupe B, contenue dans de nombreux aliments (foie, épinard, etc.), nécessaire à la synthèse de l’ADN et prescrite dans certaines anémies)

Le poivron_jaune_wp

Vitamine C
Le poivron en est une excellente source. Il se classe d’ailleurs parmi les meilleures sources de cette vitamine. La teneur en celle-ci s’accroît durant le mûrissement du poivron ; deux fois plus dans le poivron rouge que dans le vert. Elle possède des propriétés d’antioxydant et pourrait être responsable des effets bénéfiques liés à une consommation élevée de fruits et légumes. Dans une étude, la consommation d’environ 80 mg de cette vitamine sous forme de soupe aux légumes de 500 ml, constituée de tomates, poivrons et concombres, pendant une durée de 14 jours a augmenté les concentrations de celle-ci dans le sang en moyenne de 24% ; un tel apport correspond à environ 125 ml de poivron vert ou 70 ml de poivron rouge ou jaune. Ces résultats ont démontré qu’une augmentation des taux de vitamine C dans le sang aidait à réduire l’oxydation et l’inflammation dans l’organisme ; effet protecteur contre la venue de certaines maladies dégénératives liées au vieillissement. Bien que le contenu en cette vitamine des poivrons soit élevé, qu’importe la variété, le poivron brun en possède autant que le vert, alors que le noir en a le moins. La teneur en cette vitamine tend à varier durant l’entreposage. Selon des données récentes, la conservation du poivron vert à la température de la pièce durant 10 jours après cueillette en augmenterait son contenu. Dans la condition similaire, cette vitamine tend plutôt à baisser dans le poivron rouge, puisque ces derniers ont déjà atteint leur complète maturité. Après 20 jours d’entreposage au réfrigérateur, la perte de cette vitamine n’a pas été observée dans le poivron vert, seule une diminution de 15 % a été constatée dans le poivron rouge. La congélation joue, elle aussi, sur la teneur en cette vitamine. Cependant, le blanchiment dans l’eau avant la congélation permettrait d’en diminuer les pertes d’environ 25 %. Le rôle de cette vitamine dans l’organisme est au-delà de ses propriétés d’antioxydant. Elle contribue à la santé des os, des cartilages, des dents et des gencives. Elle protège contre les infections, favorise l’absorption du fer contenu dans les végétaux et accélère la cicatrisation.

Le poivron_rouge_wp

Vitamine K
Le poivron vert en est une source. Cette dernière est nécessaire pour la synthèse de protéines associées à la coagulation du sang. Elle participe à la formation osseuse. Elle se trouve dans l’alimentation  et est également fabriquée par les bactéries présentes dans l’intestin, d’où la rareté des carences en celle-ci.

Le poivron_vert_wp

Autres sources

Manganèse
Les poivrons vert et jaune crus en sont une source pour la femme. Il agit comme cofacteur de plusieurs enzymes qui facilitent une douzaine de différents processus métaboliques et participe à la prévention des dommages causés par les radicaux libres.

Cuivre
Le poivron vert cru ou bouilli et égoutté, le poivron jaune cru et le poivron rouge bouilli et égoutté en sont une source. Il est nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant à la structure et réparation des tissus) dans l’organisme, en tant que constituant de plusieurs enzymes.

Le poivron_rouge-jaune-vert-orange_wp

Vertus

L’activité d’antioxydant des poivrons change en fonction de leur stade de maturité, leur origine géographique, la saison et les conditions de culture. Les poivrons vert et rouge incluent des quantités variables de plusieurs types d’antioxydants. Le poivron rouge en a plus que le vert.

Les caroténoïdes
Se disant de chacun des pigments colorés (du jaune au rouge) qui abondent chez les végétaux et les animaux herbivores. Ils sont utilisés comme colorants alimentaires et peuvent être transformés en vitamine A pour l’organisme. Les caroténoïdes prédominants du poivron vert sont la lutéine (pigment jaune) et le bêta-carotène (précurseur de la vitamine A, pigment orangé). Cependant, le poivron vert en renferme trois à six fois moins que le brocoli et l’épinard respectivement et pour un poids équivalent. Quant au poivron rouge, il possède une teneur élevée en bêta-carotène et en lycopène (pigment liposoluble rouge se trouvant surtout dans la tomate, mais également dans d’autres fruits rouges, notamment la pastèque, l’elaeagnus umbellata (grand buisson ou petit arbre caduc originaire d’Asie), le pamplemousse, etc.) mais en détient quatre à cinq fois moins que le pamplemousse rose, un aliment qui en est très riche. En résumé, le poivron rouge a une teneur de presque neuf fois plus élevée de caroténoïdes que celle du poivron vert.

Le poivron_noir_wp

Autres bienfaits

Le poivron, quelle que soit sa couleur, est défini comme étant un « modérateur d’appétit ». Il facilite le brûlage des graisses grâce à un composé similaire à la capsaïcine (alcaloïde**** de saveur brûlante extrait du piment et de nombreuses autres plantes qui fournit le piquant au poivre de Cayenne par exemple) Cette substance stimule le métabolisme en empêchant le développement des cellules adipeuses immatures ; cette substance en quantité, présente notamment dans les piments forts, facilite également la protection contre l’accumulation du mauvais cholestérol ; plus le piment est fort, plus le taux de capsaïcine est important.

Les poivrons doux jaune et rouge, bien que le vert en ait aussi beaucoup, contenant le double de la quantité de vitamine C recommandée par jour, diminue le risque du développement de l’arthrite inflammatoire, selon les chercheurs de l’Université de Manchester en Angleterre.

Le 1/3 de l’apport en caroténoïde recommandé par jour contenu dans une tranche de poivron rouge permet de réduire les risques du cancer du sein. Les caroténoïdes peuvent bloquer l’activité de l’estrogène, selon des recherches publiées en 2009 dans la revue International Journal of Cancer, lesquelles ont démontré chez les femmes proches de la ménopause consommant quotidiennement des repas riches en caroténoïdes qu’elles réduisaient leurs risques liés au cancer du sein de 17%.

Enfin, les vitamines B dont regorgent les poivrons, doux comme forts, limiteraient les risques de mort liés aux accidents vasculaires cérébraux, aux maladies coronariennes et aux maladies cardio-vasculaires, selon une étude japonaise publiée cette année.

Le poivron_blanc_wp

Précautions

Le poivron vert appartient aux aliments pouvant provoquer un syndrome d’allergie orale, lequel est une réaction allergique à certaines protéines d’une gamme de fruits, légumes ou encore de noix. Il concerne certaines personnes allergiques aux pollens environnementaux. Ce syndrome est presque toujours précédé du rhume des foins. Des personnes allergiques au pollen de bouleau en consommant du poivron vert peuvent déclencher une réaction immunologique (limitée au niveau de la bouche, des lèvres et de la gorge) qui se caractérise par des démangeaisons et des sensations de brûlure, lesquelles disparaissent en général quelques minutes après avoir touché ou consommé l’aliment concerné. Il est conseillé à ces personnes de préférer le poivron vert cuit, la cuisson dégradant habituellement les protéines allergènes. Néanmoins, en l’absence d’autres symptômes, cette réaction est bénigne et ne nécessite pas forcément de proscrire l’aliment. Il est toutefois conseillé, pour ces cas, de consulter un allergologue afin de déterminer la cause des réactions aux aliments végétaux et d’établir si des précautions spécifiques doivent être prises.

Le poivron_violet_wp

Quelques définitions

*Un amide : composé organique dérivé d’un acide carboxylique possédant un atome d’azote lié à son groupe carbonyle (composé organique qui comporte une double liaison entre un atome de carbone et un atome d’oxygène, l’atome de carbone étant lié exclusivement à des atomes d’hydrogène ou de carbone). (En rappel, un acide carboxylique est un acide contenant le radical carboxyle (présence de carbone, d’oxygène et d’un radical, entité moléculaire). Les amides sont un groupe important en biochimie ; ils sont responsables de la liaison peptidique entre les différents acides aminés qui forment les protéines.

**La coenzyme : partie non protéique de certaines enzymes, constituée en général d’un oligoélément ou d’une vitamine.

*** Le stéroïde : hormone dérivée des stérols (alcool polycyclique dans le groupe duquel se trouvent le cholestérol, les vitamines D et les stéroïdes) et sécrétée notamment par les glandes endocrines (corticosurrénales, glandes génitales, placenta). Les stéroïdes sont présents chez l’humain, les animaux et les végétaux ; ils comprennent le cholestérol, les hormones sexuelles, les hormones corticosurrénales, tels le cortisol, des alcaloïdes, etc.

****Un alcaloïde : composé organique azoté et basique tiré d’un végétal, comme la morphine (de Morphée, dieu des songes. Stupéfiant, alcaloïde principal de l’opium, suc des capsules de pavot, utilisé pour son puissant effet antalgique), la quinine (alcaloïde amer contenu dans l’écorce de quinquina (arbre originaire d’Amérique centrale et des Andes cultivé pour son écorce avec laquelle se fabrique également un vin apéritif, Byrrh, St Raphaël, etc.) employé contre le paludisme), la strychnine (alcaloïde très toxique extrait de la noix vomique (fruit du vomiquier, arbre à feuillage persistant originaire de l’Asie du Sud-Est) utilisé pour tuer les rongeurs, taupes, rats, etc.)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s