Sex in the city

femme rousse

Durant mes vacances, j’ai fait la connaissance d’un groupe de célibataires d’une trentaine à une quarantaine d’années. Parmi ce groupe, certains et certaines espéraient, tout comme moi, trouver peut-être leur âme sœur et d’autres souhaitaient seulement multiplier les rencontres pour des nuits torrides. Au cours d’une soirée, nous avons échangé nos diverses expériences de rencontres et surtout les différences de considération qui existaient entre l’homme et la femme.

Lorsqu’une femme souhaite simplement rencontrer l’homme de sa vie, elle est considérée au regard de la société, et depuis tout temps, telle une femme sérieuse, une femme bien. Or, si cette même femme sérieuse ne trouve pas de suite chaussure à son pied et multiplie alors les rencontres afin d’arriver à ses fins, elle devient une femme facile, voire pire ; de la même manière, si une femme n’éprouve que le désir de n’avoir que des aventures sans lendemain. Quant à l’homme, il affirme sa virilité !

Cependant, si dans notre société, et depuis l’aube des temps, l’homme peut aller dans des lieux adéquats pour soulager son trop plein de sexualité refoulée ou non, pour la femme, quel lieu existe-t-il pour elle ?

Si une femme de la quarantaine ou plus désire s’offrir les services d’un gigolo, ne lui faut-il pas avoir un niveau financier conséquent ? Un jeune ne couche-t-il pas avec une vieille sans une certaine compensation ? Quant à l’homme, lui, avec peu de moyen ne peut-il pas s’offrir les services d’une femme de petite vertu ? Et ces services, ne peut-il pas les trouver n’importe où ?

Pourquoi n’y a-t-il donc pas de maisons closes pour les femmes ? Et si toutefois elles existent, pourquoi ne sont-elles pas connues ? Pourquoi estimons-nous qu’une femme a moins de besoins sexuels qu’un homme ? Pourquoi considérons-nous d’anormal qu’une femme souhaite multiplier les rencontres pour son seul plaisir ?

Peu importe, ces questions demeurent éternelles. Je ne suis pas la première à me les poser et à ne pas y apporter de réelles réponses ! Et sans être hypocrite, je pense tout haut ce que peut-être d’autres pensent tout bas, si demain, une femme courageuse et culottée crée ou met en avant ces maisons closes pour femmes, le résultat pourrait bien être surprenant !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s