« Au secours ! J’ai besoin d’amour ! »

Au secours_J'ai besoin d'amour_wp

« Au secours ! J’ai besoin d’amour ! Comme la lune a besoin de la nuit pour briller… », extrait d’une chanson très connue, dont sa portée n’a plus vraiment cours, aujourd’hui, dans notre société. La lune ne brille plus trop dans la nuit… Enfin, tout dépend de quelle lune parlons-nous ?

Il paraîtrait que les hommes célibataires d’aujourd’hui perdraient leur pouvoir sur la femme.

Les femmes célibataires modernes seraient devenues des consommatrices d’hommes, tels les hommes l’auraient fait auparavant. Elles seraient des : « self made women » qui sauraient exactement ce qu’elles voudraient.

Ces femmes se mettraient sur internet, par le biais de sites de rencontre, pour trouver l’homme de leur vie, avec des critères très spécifiques et des exigences à toute épreuve. Elles voudraient un homme viril sans qu’il le soit, un homme galant un peu cavalier, un romantique un peu sauvage, et surtout un physique de mannequin sans qu’il ressemble à une célébrité à la mode ! Elles voudraient du glamour sans amour !

Certaines choisiraient aussi des hommes célibataires pour une relation purement intime, sans attachement, juste le plaisir pour le plaisir, et décideraient de les voir quand elles le souhaiteraient, en faisant d’eux des hommes objets. D’autres leurs feraient subir un véritable interrogatoire, sans oublier surtout la question fatidique : « Combien tu gagnes ? » D’autres encore les noteraient sur leurs performances en tout genre.

Il est certain que de nos jours, tout est noté ! Des émissions de télé-réalité de toute sorte nous bombardent avec un système de notation, comme à l’école, à donner pour la meilleure cuisine, boulangerie, maison, région…

Mais aujourd’hui aussi, nous vivons de plus en plus longtemps, de plus en plus nombreux et de plus en plus seuls. Nous désirons être à tout prix dans le « high-tech », sans prendre le temps nécessaire de nous arrêter sur les uns et les autres. Le monde moderne nous veut de plus en plus jeune, de plus en plus beau, de plus en plus efficace… nous obligeant à marcher au pas cadencé dans le rythme effréné de sa technologie avancée. Et les réelles difficultés présentes de certains s’effacent totalement dans les indifférences des autres.

Les individualismes personnifiés transparaissent. Ils relaient sans relâche la cordialité des anciens temps par la mauvaise humeur. Ils ternissent les sourires de la belle époque pour ne montrer que des grimaces moroses creusant davantage les rigoles du présent sur les visages gris de cette société contemporaine ; ces figures placides devenant alors le reflet du miroir de l’actualité figée de l’ère du temps. Le modernisme holographique projeté sur et dans notre quotidien nous contraint de plus en plus à l’abnégation de nos vies privées pour nos carrières, dites spécialisées. Il nous normalise selon des images qui ne ressemblent à personne, nous cloisonne en une catégorie pour nous enfermer dans une autre, nous assiste à tout et à rien, puis nous transforme petit à petit, mais sûrement, en « La » consommation. Et insidieusement, sans prêter attention, nous devenons les spectateurs de nos vies !

Mais l’Amour dans tout ça ? Est-ce une note ? Un simple mot ne représentant pas plus qu’une définition dans un dictionnaire ? Un questionnaire à réponses multiples, dont il faut veiller à cocher les bonnes cases ?

Je ne sais pas.

Or, c’est peut-être pour ça que les autres, c’est à dire, les normaux, nous, serions complètement largués !

Et là ! C’est : Au secours ! J’ai besoin d’une autre planète !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s